Rayonnements ionisants

Les rayonnements sont tout autour de nous. Ils viennent de la Terre, de l’espace, sont présents dans notre alimentation, et nous recevons des doses contrôlées lorsque nous passons des examens médicaux comme une radio. Les installations industrielles et scientifiques peuvent aussi générer des rayonnements ionisants.

Au CERN, les rayonnements ionisants sont dus aux collisions des faisceaux de particules avec la matière. Pour réduire le plus possible l’exposition de la population, de son personnel et de l’environnement, le CERN a recours à des méthodes innovantes et reconnues. Sa stratégie de radioprotection est conforme aux bonnes pratiques européennes.

Afin d'évaluer précisément l’impact sur la population et sur l’environnement, une surveillance en continu des émissions est assurée ; des prélèvements effectués dans l’environnement sont analysés, les résultats étant publiés dans des rapports mis à la disposition des autorités suisses et françaises. Pour plus d’informations, veuillez consulter le rapport du CERN sur l'environnement.

Le diagramme suivant montre la répartition des doses annuelles reçues par la population résidant ou travaillant à proximité des sites du CERN. Ces doses sont comparées à l’exposition extérieure induite par les rayonnements d’origine naturelle (rayonnement cosmique ou tellurique), mesurée dans plusieurs communes du bassin lémanique.

Rayonnements ionisants d'origine naturelle

SOURCES NATURELLES DES RAYONNEMENTS IONISANTS AU CERN ET DANS LES COMMUNES ENVIRONNANTES. Dose type de sources naturelles (en vert) mesurée en différents points proches du domaine du CERN, par rapport à la dose causée par les activités du CERN (en bleu).

La dose annuelle reçue par la population située à proximité des sites du CERN reste inférieure aux variations enregistrées entre les expositions naturelles mesurées en plusieurs points de la région. Autrement dit, passer d’une commune à l’autre dans la région peut amener une augmentation de dose plus importante que de s’installer en bordure du CERN. Ces chiffres prouvent que l’impact radiologique du CERN est en fait négligeable.