Protection de l’air

Au CERN, les émissions produites dans l’atmosphère sont dues au fonctionnement des accélérateurs (par exemple avec la ventilation des tunnels et certaines activités expérimentales), aux activités industrielles (par exemple les ateliers) menées sur les différents sites, et aux nécessités de la vie quotidienne (centrale de chauffage, transports, trajets domicile-CERN, etc.). Les émissions dans l’atmosphère sont surveillées, afin de garantir la conformité des activités du CERN avec la réglementation en vigueur dans les États hôtes.

Une fraction de l’eau utilisée dans les circuits de refroidissement s’évapore dans des tours de refroidissement, ce qui produit un dégagement de vapeur d’eau. L’eau des tours de refroidissement est contrôlée régulièrement et traitée conformément à la réglementation en vigueur dans les États hôtes afin de limiter le risque de contamination bactérienne.

Centrale de chauffage – Meyrin

Tours de refroidissement du SPS et du LHC

Bâtiment 198 - ISOLDE

Les émissions de gaz à effet de serre du CERN, composées à plus de 78 % de gaz fluorés, proviennent de l’exploitation des installations de recherche, en particulier des grandes expériences. Face au changement climatique, le CERN s’est engagé à réduire ses émissions directes de gaz à effet de serre.

Le CERN entend réduire ses émissions directes de 28 % d’ici à fin 2024. Pour ce faire, outre les efforts qu’il a déjà entrepris (réparations, améliorations, systèmes de recirculation des gaz fluorés, etc.), le CERN remplacera, dans les systèmes de refroidissement des détecteurs, les gaz fluorés par du CO2, qui contribue sensiblement moins au réchauffement de la planète. Pour plus d’informations, veuillez consulter le rapport du CERN sur l'environnement.

Emissions champ 1 et 2

ÉMISSIONS DE CHAMP 1 ET 2 CLASSÉES PAR CATÉGORIE POUR 2017 ET 2018. « Autres » englobe la climatisation, l’isolation électrique, les générateurs de secours et la consommation d’essence pour les véhicules du CERN.